Motorisation vélo électrique : moteur roue ou central ?

vélo électrique moteur dans la roue ou moteur pédalier

Dans l’achat d’un vélo électrique il est essentiel de choisir le type de motorisation le plus adapté à votre besoin et à vos sensations. Cela est comparable au choix de sa voiture. Si vous aimez la conduite sportive, vous n’allez pas opter pour un moteur 4 chevaux ! Le moteur d’un vélo électrique peut se trouver à 3 emplacements différents : sur la roue arrière, sur la roue avant ou au centre dans le pédalier. Selon la position du moteur, sa marque et sa puissance, le ressenti est totalement différent. Retrouvez ici nos explications sur les différents emplacements de moteurs de vélos électriques pour vous aiguiller sur celui le plus adapté à vos besoins.

Pourquoi comparer les moteurs de vélos électriques ?

Moteur vélo électrique puissant pédalier YamahaEn motorisation de vélo électrique, il faut comparer le « couple moteur ». Ce dernier est exprimé en Newton/Mètre (dans le langage courant il est symbolisé par Nm). Le « couple » est une notion assez subtile en mécanique car il représente la force que le moteur donne dans son mouvement. Par exemple lorsqu’un cycliste pédale et qu’il appuie davantage sur les pédales pour monter une côte, il développera plus de couple. Dans le cas d’un vélo électrique, c’est le même principe.

Bien sûr, ce qui influe sur le prix final est davantage la marque du moteur, sa technologie et son emplacement moteur que son couple moteur. Par exemple, le Speed Bike STROMER ST2 S est vendu 9000€ et il fournit 35Nm de couple, soit 2 fois moins qu’un moteur PW Yamaha vendu 2200€ sur un Haibike SDuro Hardseven 4.0. Car plus un moteur a un couple élevé (jusqu’à 80 Nm pour le moteur PW Sync Drive de chez Yamaha) et plus vous pourrez monter des côtes très raides sans difficulté. Par contre, pour les Speed Bike, les Nm n’ont pas la même importance car on recherche une grande puissance pour des performances de vitesse et atteindre les 45 km/h.

Moteur VAE dans le moyeu roue avant

C’est l’emplacement le plus simple pour installer le moteur et c’est souvent le moins coûteux. Son installation n’interfère pas avec les pédales ni la chaîne.

C’est la technologie la plus simple dans le VAE, en un tour de manivelle, le moteur se met en route. Elle est idéale pour l’utilisateur souhaitant découvrir le VAE ou réalisant un court trajet urbain sans  fournir d’effort, c’est une conduite « relax ».

Le moteur permet de relancer son allure sans efforts après un « cédez le passage », « stop », « rond-point » donc très apprécié pour une utilisation «  vélotaf » en hyper centre-ville. Cette motorisation est néanmoins moins efficace sur l’asphalte glissant en cas de pluie ou en montée.

Les vélos électriques avec un moteur à l’avant sont privilégiés si vous souhaitez investir un budget entre 900 et 1400€ et si vous effectuez des trajets simples et moyennement vallonnés.

Vélo électrique pour le centre-ville et pour faire du vélotaf

Moteur vélo électrique sur le moyeu arrière

VAE avec moteur roue arrière usageLe moteur dans la roue arrière permet d’éviter le sentiment de lourdeur évoqué plus haut. Ils sont plus difficiles à monter à cause du dérailleur arrière. Cette motorisation est la plus nerveuse et réactive car elle est directement reliée à la transmission arrière, ce qui est fortement apprécié par ceux qui aime la conduite dynamique. Les deux inconvénients peuvent être : l’entretien, car il est plus difficile d’enlever la roue en cas de crevaison, et la répartition du poids, si la batterie est située également à l’arrière, au niveau du porte-bagages.

On conseille d’opter pour un vélo avec le moteur sur la roue arrière si vous aimez la conduite dynamique pour un usage urbain. De nombreux modèle, même haut de gamme, sont basés sur cette motorisation comme la marque de vélos électriques Stromer avec une batterie intégrée dans le cadre (modèles entre 3990€ et 8990€).

 

Moteur VAE sur le pédalier (en position centrale)

Il s’agit du type d’assistance le plus élaboré. On parle d’assistance proportionnelle car la puissance délivrée par le moteur sera proportionnelle à la pression exercée par l’utilisateur sur ses pédales.

Plus j’appuie fort sur les pédales, plus le système détecte que je le sollicite, le moteur envoie alors toute sa puissance. Si j’appuie légèrement sur la pédale, le système détecte que je n’ai pas besoin de puissance et envoie un léger filet d’assistance.

Cette gestion de l’assistance est possible grâce aux informations remontées par différents capteurs : le capteur de couple, le capteur de vitesse et le capteur de cadence de pédalage. Le contrôleur, qui est le cerveau du système électrique, va ensuite analyser ces infos et donner l’ordre au moteur de fournir plus ou moins d’aide.

A noter que la répartition du poids est optimisée sur un VAE moteur central : le vélo est plus maniable et plus stable.

L’assistance est donc douce, sans à-coups, le moteur se fait oublier et on finit par oublier que nous sommes assistés. Technologie à privilégier pour trajets moyens à longs.

Motorisation vélo électrique centrale / pédalier

On remarque que les fabricants de vélos à assistance électrique complètent petit à petit leur gamme pour proposer des motorisations centrales. Ils proposeront toujours des vélos avec le moteur sur la roue pour avoir des prix compétitifs mais les utilisateurs de VAE sont désormais souvent intéressés par une motorisation pédalier malgré le prix plus élevé que la motorisation arrière ou avant.

VAE avec moteur centrale urbainL’entretien au quotidien des vélos électriques avec le moteur dans le pédalier est facilité et la position centrale permet une meilleure répartition des masses du vélo (surtout si la batterie est également sur le cadre).  Le moteur est également mieux protégé que les deux autres motorisations. Elle est donc la plus développée sur les VTT électrique. C’est la plus adaptée, et de loin.

Cette motorisation pédalier gagne également des parts de marché impressionnantes dans les gammes de vélo électrique de ville, tout chemin, trekking.  O2Feel prévoit même le lancement prochainement d’un vélo pliant électrique avec un moteur pédalier, une petite révolution !

La différence de fonctionnement entre un moteur moyeu et un moteur central

La grande différence entre un moteur dans le moyeu et un moteur central est au niveau de la vitesse de rotation. Les moteurs sur la roue délivrent une puissance selon le nombre de rotation du pédalier. C’est pour cela qu’au démarrage, lorsque la roue tourne lentement, le moteur fournit sa puissance maximum et puise donc beaucoup de batterie et le rendement n’est donc pas optimal.

Pour les moteurs centraux, ils sont quasiment tout le temps couplés avec des capteurs de force qui mesurent l’effort du cycliste pour toujours tourner à une vitesse de rotation optimale. Le moteur et la batterie délivrent donc une assistance parfaitement mesurée ce qui évite de décharger la batterie inutilement. En faisant un raccourci, on peut dire qu’avec un même ampérage de batterie, un vélo électrique à moteur central aura donc plus d’autonomie car le moteur rationnalise l’énergie consommée.

Quelle moteur choisir pour un vélo à assistance électrique

Pour conclure

Vous l’aurez compris, une motorisation centrale est fortement conseillée pour sa fiabilité, sa facilité d’entretien, son rendement et surtout le confort de conduite. Cependant, il y a quelques années, il y avait peu de vélos électriques avec un moteur central à moins de 2000€. Cela a bien évolué depuis environ 2 ans et on trouve de nombreux modèles accessibles comme O2Feel qui propose un moteur central à partir de 1599€. Les marques françaises comme Arcade proposent également des VAE en motorisation centrale compétitif comme le Enjoy.

Pour répondre à cette question, « Opter pour un moteur roue ou central ? », si vous comptez utiliser votre vélo électrique sur des petits trajets et des pentes raisonnables, vous pourrez donc opter pour un moteur dans le moyeu avant ou arrière.

Si vous avez un budget plus important, parfois 200€ de différence suffisent, et que vous allez utiliser votre VAE sur des distances plus longues et fréquemment avec des côtes importantes, on vous conseille vivement de partir sur une motorisation centrale.

D’ailleurs, le marché va dans ce sens avec un boom des modèles de vélos électriques à moteurs centraux. Les grandes marques de vélos électriques optent pour ce type de motorisation avec les fabricants comme Bosch, Yamaha, Shimano, Brose Dapu et désormais Bafang. Dans un prochain article, nous ferons un comparatif sur les différentes marques de motorisation. Nous reviendrons également sur les différences entre l’assistance directe et l’assistance proportionnelle.

13 thoughts on “Motorisation vélo électrique : moteur roue ou central ?

  • Pingback:VTT électrique : la nouvelle génération de vélo tout terrain

  • Pingback:Les atouts du vélo pliant électrique - GREENMARKS

  • Avatar
    18 mai 2018 at 13 h 18 min
    Permalink

    Bonjour, j’ai bien lu votre sujet, bien complet. Nous sommes un couple, faisant très souvent du vélo, vtc mais… avec l’âge, une petite aide serait désormais bien utile, ville, campagne et petites montées, sans plus. Moteur pédalier est un peu cher. Pourriez bots nous dire la différence entre moteurs roue avant ou roue arrière, le plus simple et moins difficile. Merci de votre réponse. Cordiales salutations.

    Reply
    • greenmarks
      18 mai 2018 at 14 h 21 min
      Permalink

      Bonjour Arlette,

      Nous vous remercions pour votre commentaire.

      Les moteurs roue avant ou arrière n’ont pas de différence en terme d’utilisation. Cependant, le moteur roue avant permet une meilleure répartition du poids sur le vélo. Souvent, les batteries des VAE sont situés à l’arrière, donc si le moteur est aussi situé à l’arrière, tout le poids est du même côté.

      En espérant avoir répondu à votre question.
      Si vous avez encore des questions à ce sujet, n’hésitez pas à nous contacter au 02 85 52 62 82 ou à l’adresse suivante : contact@greenmarks.fr

      Nous vous souhaitons une excellente journée,
      L’équipe GREENMARKS.

  • Avatar
    22 octobre 2018 at 11 h 44 min
    Permalink

    B onjour
    Est-il vrai que le moteur moyeu arrière n’est pas à entraîner lorsque l’on ne désire pas d’assistance, alors qu’il faut obligatoirement l’entraîner lorsque il est dans le pédalier, donc nécessite presque toujours l’assistance, ce qui n’est pas le cas du moteur/moyeu ?
    A quand une batterie rechargeable à la décélération ou à la descente ?

    Reply
    • Cloé
      23 octobre 2018 at 10 h 16 min
      Permalink

      Bonjour,

      Merci pour votre commentaire.

      Sur un moteur roue arrière, l’assistance est directe et se déclenche au premier coup de pédales et sera continue.
      Par contre sur un moteur pédalier, l’assistance est proportionnelle et s’adapte selon la pression que vous mettez sur vos pédales.

      Concernant une batterie rechargeable à la décélération, nous n’avons pas d’infos et doutons de sa sortie.

      En espérant avoir répondu à vos questions.

      Bonne journée,
      L’équipe GREENMARKS.

  • Avatar
    24 octobre 2018 at 18 h 39 min
    Permalink

    Merci
    Cependant je reste sur mon interrogation
    J’ai monté les cols Pyrénéens du TdFrance avec des VAE équipés moteur pédalier (VTT de location, différentes marques). En dessous d’une certaine pente, je me sentais capable de rouler sans l’assistance, mais j’ai constaté que l’entrainement du vélo semblait « freiné »- bruit de frottement dans le pédalier – et je pense que l’effort nécessaire à consentir par le cycliste était accru par ce « frottement ». Le moteur paraissant « non débrayé ».
    Il m’a été dit que ce phénomène n’existait pas avec des VAE motorisés sur le moyeu arrière, donc l’ascension à la seule force du cycliste était facilitée.
    Mais je n’ai pu trouver nulle part la confirmation , et je n’ai jamais trouvé de VTT à la location équipé sur moyeu arrière pour vérifier ou infirmer. Avant de passer à un achat de VAE, je désirais avoir l’avis d’un « pro » quant à cette éventuelle différence de « débrayage »

    Est-il possible de déconnecter complètement le moteur en moyeu arrière lorsque l’assistance électrique n’est pas jugée nécessaire par le cycliste ?
    merci des infos

    Reply
    • Justine
      26 octobre 2018 at 8 h 12 min
      Permalink

      Bonjour,

      En Montagne, il faut absolument un moteur pédalier car un moteur roue va surconsommer trop d’Energie et vous aurez une mauvaise autonomie. Les marques de vélos électriques travaillent le frein moteur en inactivité mais ça restera toujours différent d’un vélo traditionnel à cause des engrenages. Il y aura toujours une résistance mais sur les moteurs Yamaha le frein moteur reste agréable et correct.

      En espérant avoir répondu à vos questions.

      Bonne journée,
      L’équipe GREENMARKS

  • Avatar
    25 octobre 2018 at 14 h 26 min
    Permalink

    Bonjour,
    Merci pour votre article qui explique bien la différence entre type de capteur et les moteurs.
    Vous n’en parlez pas dans votre article, et d’ailleurs très peu d’article y font références, mais il existe des vélos équipés de moteurs roues à l’avant ou à l’arrière, avec roue libre, et assistance qui s’active par capteur de couple au niveau du pédalier et non de rotation (exemple des vélos de la gamme momentum electric, ou les kits pedelec xGerman).
    Dans ce cas, on associe le confort du capteur proportionnel et on retire l’épineux problème du moteur central qui nécessite un cadre spécifique et qui doit être limité en puissance pour ne pas user trop vite la transmission par chaîne ou le dérailleur. De plus, avec un moteur en roue avant, on équilibre la charge sur le vélo (poids mieux réparti) et grâce à la roue libre sur le moteur moyeux, il n’y a pas de sensation de « frein moteur » quand on dépasse la vitesse d’assistance. En terme de robustesse sur le long terme, et de qualité d’assistance, qu’en pensez-vous ?
    merci

    Reply
    • Justine
      26 octobre 2018 at 10 h 53 min
      Permalink

      Bonjour,

      Effectivement il existe des moteurs roue avec des pattes de déformation qui retransmettent au moteur la puissance à donner. Nous avions ce type de système sur la marque de vélos Stromer à 45 km/h. Ce sont des vélos super réactifs mais tout dépend de la programmation du contrôleur. C’est cette programmation qui va calibrer le vélo à être plus ou moins réactif. Néanmoins, cela peut avoir des inconvénients que nous connaissons sur certaines marques avec des modèles qui avaient tendance à donner des à coups au moteur si le pédalage n’est pas fluide. Néanmoins, nous n’avons pas essayé ce dont vous parlez on ne peut pas vous dire. Le moteur central reste de loin le meilleur moteur qui existe sur le marché : nous ne sommes pas bridés au niveau de la puissance du moteur avec Haibike et son flyon de 120 nm par exemple. Il faut juste avoir des composants adaptés pour. De toute manière, la question la plus importante est pour quelle pratique le vélo sera utilisé.

      Nous espérons avoir répondu à votre question,

      Bien cordialement,

  • Avatar
    27 octobre 2018 at 18 h 39 min
    Permalink

    Bonjour Justine et merci des informations complémentaires qui m’éclaircissent….jusqu’à ce que je prenne connaissance des commentaires de Ben qui viennent renforcer l’intérêt du moteur sur moyeu.
    Bien d’accord, il est nécessaire de définir l’usage de l’engin pour optimiser le choix.
    Mon hésitation vient du souhait d’usages un peu contradictoires, roulages sur parcours vallonnés genre pistes vertes ou cyclables …pour l’utilitaire, et des sorties plus sportives (à assistance intermittente, en fonction de la pente et de la forme du pédaleur !) genre cols mais sur bons revêtements (pas de GR ou chemins très accidentés réservés aux VTT, même si l’on voit beaucoup de « gros pneus » dans les ascensions TdF ).
    Et comme je n’ai pas l’intention d’acheter 2 cycles, je me dirigerais plutôt vers un VTC où il existe cependant moins de modèles, la gamme momentum electrique citée par Ben parait séduisante dans la description qu’il en fait.
    cordialement

    Reply
  • Avatar
    11 février 2019 at 17 h 30 min
    Permalink

    Est il possible de débrider un vae avec moteur sur moyeu arrière sans entreprendre de grosses modifications.Je précise qui il n’existe aucun capteur ni aimant sur les roues.merci

    Reply
  • Avatar
    14 mars 2019 at 15 h 59 min
    Permalink

    Bonjour , je compte acheter un E trekking 2 je fait environ 15 km /jour , par contre j’ai une cote assez hard de 2 km , ce vélo serat-il suffisant (je n’y connais absolument rien) Merci

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.